Présentation de l’AMRVT

ASSOCIATION MEDICALE DE REHABILITATION DES VICTIMES DE LA TORTURE

Mes dames et Messieurs

Au nom de l’AMRVT

Permettez-moi de vous exprimer l’immense plaisir de me retrouver parmi vous pour Cette manifestation.
Le domaine de la santé est un élément important dans la réparation des violations graves des droits de l’Homme, cette réparation pour qu’elle soit effective, adéquate il faut qu’elle commence d’abord par :
• L’établissement de la vérité, la prise en compte des souffrances des victimes
• La reconnaissance des responsabilités de l’Etat
• La lute contre l’impunité,
• La garantie de non répétition
La vraie réparation devrait chaque fois que possible rétablir la victime dans la situation originale qui existait avant les violations graves dont il a été victime.

Mes dames et Messieurs,

Un climat de terreur, de répression et d’incertitude, engendré par la torture a régné pendant des décennies sur notre Pays et a intéressé toutes les composantes de la société marocaine et a entravé son développement
Ce climat nous l’avons vécu au Maroc durant les années du plomb, où la torture était le pain quotidien, dans les prisons, aux postes de polices, à l’université et dans la rue. Cette violation grave de nos droits pratiquée à grande échelle et au grand jour, a engendré des victimes par dizaines milliers, et des souffrances multiples avec des conséquences physique, psychosociale … etc.
Ce sont les victimes qui ont résisté en premier contre la torture et se sont organisés avec leurs familles et amis pour contrecarrer cette généralisation de la torture, et ont pris des initiatives courageuses pour dénoncer l’état de répression (communiqués, manifestations publiques, grèves de la faim, …)
Le soutien de ces initiatives par les ONG des droits de l’homme au Maroc et à l’étranger a permis de briser le mur le silence qui entourait la question de la disparition forcée, de libérer des centaines de détenus et de soulager les souffrances des familles .
Les Commissions et réseaux médicaux de ces ONG nationales et étrangères étaient présentes sur le terrain durant toute cette période.
Nous tenons à rendre hommage à tous ces gens qui ont travaillé de façon individuelle ou collective pour que cesse la torture.

Mesdames et Messieurs,

Les souffrances et séquelles psychiques et physiques des milliers des victimes et de survivants de la torture n’ont jamais fait l’objet d’une prise en charges médicale ou psychothérapeutique. La couverture sociale et médicale faisait très souvent défaut, la majorité des victimes ne sont pas en mesure de supporter les charges et traitement médicaux, trop coûteux.
Au-delà de ces formes de torture, les conditions de détention, les disparitions, les exécutions extrajudiciaires, tous éléments aggravant les séquelles des victimes et de leur famille.
La libéralisation de la vie politique entamée depuis les années 1990 semble évoluer et ce dans un contexte plus favorable: gouvernement d’alternance et succession monarchique, contexte d’une démocratie en transition, vers plus d’ouverture et de respect de l’exercice des droits et libertés fondamentales.
Au Maroc, il faut revenir au contexte de l’époque. De 1990 à 1998, un millier de détenus et de disparus ont été libérés, des lois répressives sont abolies et de nouvelles réformes sont en cours pour intégrer les normes internationales dans la législation marocaine.
Bien qu’il soit prématuré de voir dans les mutations survenues à ce jour une rupture décisive avec le régime autoritaire qui a usé, pendant plus de trente ans, de la répression politique et de la torture comme outil de pouvoir, mais il est permis de soutenir que le train de réformes en cours aboutira à terme à une refonte du régime juridique actuel dans le sens de plus de protection et de promotion des droits de l’Homme.
L’idée d’une action de réhabilitation des victimes de la torture a été en principe officiellement acceptée, dès 1994, les autorités décident de satisfaire partiellement aux demandes de réparation et d’indemnisation des victimes de disparition forcée et de détention arbitraire. Le Forum Marocain pour la Vérité et la Justice qui est une association des victimes de la répression politique et de défense des droits humains de l’ensemble des victimes de la torture fut crée.
L’installation de l’Instance Equité et Réconciliation : organisme public non juridictionnel d’investigation créé pour une durée limitée, chargé d’établir les faits et de déterminer les responsabilités sur la violation systématique des droits de l’homme pendant une période historique donnée. a contribué à aider la société à affronter son passé de manière critique et sereine
Ceci offrait une plus grande visibilité aux besoins et attentes des victimes.
Dans ce contexte certes relativement détendu mais marqué par l’absence d’une prise en charge des victimes de la torture et de la détention arbitraire par les structures de l’Etat, le groupe de médecins qui ont assuré jusqu’à alors à titre militant l’accueil et le suivi des victimes de la torture ont pris l’initiative de mettre en place un centre autonome de soins réunissant toutes les garanties de professionnalisme et de durabilité. Ainsi fut crée le Centre d’Accueil et d’Orientation des Victimes de la Torture (CAOVT) depuis janvier 2001 et qui porte depuis mars 2005 le nom de l’Association Médicale de Réhabilitation des Victimes de la Torture (AMRVT). Association dont l’objectif est de dispenser une réhabilitation médicale et psychique aux victimes de la torture d’une manière durable, professionnelle, efficace, autonome et sans discrimination.
Notre Association a pour objectif d’offrir des prestations d’écoute, de conseils, de consultations, d’orientation de traitement médicale et psychologique.
Accompagner les victimes dans leurs efforts de réinsertion sociale et professionnelle.
Sensibiliser les professionnels de la santé à la réalité de la torture, à la reconnaissance des séquelles et la mise en oeuvre de thérapeutiques adaptées.
Notre structure s’insère dans le cadre d’une stratégie globale, visant à impliquer l’Etat à assumer ses responsabilités pour éradiquer des phénomènes d’atteintes graves aux droits de l’Homme, de la mise en place d’une prise en charge des victimes dans le domaine médical, psychologique, social, digne, convenable et honorable.

Notre longue expérience pratique en matière de réhabilitation médicale et psychique de 5 ans, nous a permis d’offrir des prestations d’accueil de soins de réhabilitation à plus de 700 victimes et a assuré plus de 4500 consultations et autres interventions médicales et chirurgicale.
Depuis février 2002, l’Etat s’est engagé à faciliter l’accès des victimes à certaines structures hospitalières, acquis important qui a permis de sauver des cas jugés graves par notre association et dont le coût de traitement est onéreux, quelques victimes ont été soignées à l’étranger à la charge de l’Etat.
Avec la création de l’IER, une collaboration s’est engagée et a permis de prendre en charge les soins d’un certain nombre de victimes, par la fourniture de médicaments et prise en charge d’hospitalisation et de soins dont certains très coûteux.
Les séquelles constatées chez les victimes sont très nombreuses, variables dans leur gravité, une centaine sont jugés dans un état grave et nécessite une prise en charge urgente.
A travers l’accueil des victimes dans notre centre et aussi leurs témoignages
on constate qu’aucune région du Pays n’a été épargnée, avec un un nombre plus élevé dans les Provinces qui ont été l’objet de grandes répressions particulièrement l’axe allant de Khenifra a Azilal, les provinces du sud, le Rif, le grand Casablanca etc.
Les Maladies les plus fréquentes rencontrés chez les victimes de la violence politique de l’état sont les maladies Rhumatismales (Lombalgies, sciatiques et rhumatismes généralisés)psychiatriques (Anxiodepression, schizophrénique, troubles du comportement, cauchemars..)Troubles neurologiques particulièrement des syndromes cérébelleux séquelles de très longs mois de grève de la faim, et psychologiques, troubles cardiovasculaires, pulmonaires,digestifs et métaboliques
Toutes séquelles consécutives à la Torture, mauvais traitements ainsi que les conditions inhumaines de détention et de séquestration dans des bagnes et centres secrets.
Plus de 50% des victimes ont un age qui dépasse 50 ans, ce qui les rend plus vulnérables aux différentes maladies courantes particulièrement infectieuses
Une cinquantaine au moins sont décédés quelques temps après leur libération des suites de leurs maladies.
Je me rappellerai toujours de Chdayni Miloud, 62 ans, qui vient d’El jadida pour faire son diagnostic mensuel au centre. Cet ancien ingénieur qui a connu la torture dans une prison secrète de 1974 jusqu’à la fin des années 70, souffre de troubles de schizophrénie.
Il est continuellement hanté par ces mêmes images qui lui reviennent, « je m’attends sans cesse à ce qu’ils viennent me chercher. A un moment je me suis cru fou ». Après avoir été relâché, la vie n’a pas repris pour miloud. Seul et délaissé, il s’est réfugie à la campagne, où il a longtemps habité, dans une baraque isolée. C’est une commission médicale et des droits de l’Homme, d’El Jadida qui apprenant son état, l’a orienté vers le centre où il se rend pour recevoir des soins.
Mohammed Kami, 70 ans, un militant politique arrêté dans la vague des événements Moulay Bouâzza est soigné à l’hôpital militaire Mohammed V. il souffrait d’une diminution de vue très importante, ayant abouti à la cécité. Il a ainsi perdu toute chance d’être opéré.
Cet ancien disparu de 1973, qui fut libéré de longues années passées sous une criminelle torture, a eu des fractures de la mâchoire, qui ont fait qu’elle ne pouvait plus s’ouvrir durant de nombreuses années. Il s’alimentait avec des pipettes. Il a été opéré et commence à s’initier à manger normalement. Autant de cas dans le centre, aussi choquant les uns que les autres.
Notre longue expérience, nous a dévoilé l’ampleur de la souffrance humaine, et nous met malheureusement devant un dilemme : l’insuffisance des moyens de notre association pour satisfaire les besoins des victimes qu’on reçoit au centre.
Notre Association doit avoir le soutien des autorités publiques, des ONG nationales et internationales.
Nous avons besoin de la création aussi de Centres de soins et de réhabilitation de proximité dans les provinces.
Elaborer un programme de réhabilitation médicale et socioéconomique des régions victimes de la répression.
Dans un autre volet, il est important de souligner que depuis le 28 décembre 2005, la torture au Maroc devient un crime, lourdement sanctionné. C’est une grande victoire pour les militants des droits humains.
Le projet de loi a été adopté,criminalisant la torture dans notre pays, l’Etat doit prendre “ les mesures législatives, administratives, judiciaires et autres mesures efficaces pour empêcher ces actes. Que ceux qui se cachent derrière les ordres reçus, et se faisant fidèles aux ordres ne pourront plus rien invoquer pour justifier la barbarie, cette barbarie que des victimes des années de plomb ont raconté et décrit.
Par ailleurs, l’IER ayant fini son mandat.
Elle a soumis au Roi plusieurs recommandations :
– l’extension de la couverture médicale obligatoire à toutes les victimes identifiées par l’IER et à leurs ayants droit. Nous souhaitons qu’elle soit totale donnant libre choix aux victimes de se soigner la ou il veut.
– La prise en charge immédiate et personnalisée de près de 50 victimes souffrant de séquelles graves et chroniques.
– La création d’un dispositif permanent d’orientation et d’assistance médicale des victimes de la violence et de la maltraitance.
– La réparation communautaire.
l’IER a émis aussi une série de recommandations portant notamment sur des réformes constitutionnelles, la mise en œuvre d’une stratégie nationale de lutte contre l’impunité ainsi que la mise en place d’une commission de suivi et d’investigation pour élucider les cas de disparition encore en suspens.

Nous espérons que toutes ces recommandations soient concrétisées dans les faits, et seront ainsi un pas important vers l’instauration de Etat de droit

Avant de terminer mon intervention
Nous remercions encore une fois l’Association Al Wasl pour son invitation et l’aimable assistance pour son écoute et nous lançons un appel a tous les présents pour soutenir notre Association dans son engagement pour la réhabilitation des Victimes.
Nous rendons hommage à toutes les organisations Nationales et Internationales nous ayant soutenu dans des conditions difficiles et de partager notre combat, pour une vraie réhabilitation des victimes et pour abolir le phénomène de la torture, de la disparition, et de la détention arbitraire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :